De quoi bébé a-t-il besoin pour apprendre à marcher ?

D’aide ? Non.

Un enfant en bonne santé n’a besoin d’aucune aide ni d’aucun accessoire pour se mettre debout, puis en marche : il sait faire et fait mieux seul ! Il est inutile et contre-productif de le maintenir assis, de lui proposer un youpala ou de le faire marcher.

Dès les premiers mois, il suffit de le laisser le plus possible au sol, sur le dos, et de préférence pieds nus. En partant de cette position, l’enfant prend progressivement conscience de son corps, de la position de celui-ci dans l’espace, se muscle, trouve ses appuis. Il apprend à se retourner, se redresser, ramper, avancer à 4 pattes, s’asseoir seul, grimper, se mettre debout, se lâcher : toutes ces étapes sont les prémices d’une marche autonome et assurée.

*Illustration de Virginie Maillard bougribouillons.fr

De confiance ? Oui.

L’enfant se met en marche quand son corps est prêt et qu’il se sent confiant. A toutes les étapes de sa motricité, faites-lui confiance, laissez-le faire, restez auprès de lui et offrez-lui vos encouragements et un espace sécurisé : c’est tout ce dont il a besoin.
Un enfant qui apprend à marcher seul, à son rythme, dispose d’un très bon équilibre et d’une excellente confiance en lui.

*Il peut arriver que l’enfant se trouve bloqué à une étape de ce développement, prenne de mauvaises positions, se déplace sur les fesses, ou avec une jambe qui reste derrière… Tous les enfants ne passent pas par le 4 pattes avant la marche, on entend dire que ce n’est pas obligatoire, que ce n’est pas grave… C’est pourtant une étape essentielle de leur développement, et pas que moteur. La consultation d’un(e) ostéopathe, kinésithérapeute ou psychomotricien(ne) peut beaucoup aider.

Pour en savoir plus :
– les principes de la motricité libre de la pédiatre Emmi Pikler
– les travaux de Michèle Forestier, kinésithérapeute : Le développement moteur du bébé et son livre De la naissance aux premiers pas
– l’article de Carole Coenen, kinésithérapeute et psychomotricienne : Mais arrêtons d’asseoir les bébés
– 2 articles de Monique Busquet, psychomotricienne : Marcher à quatre pattes : pourquoi c’est utile et Marcher pieds nus : c’est le pied !

De chaussures ? sûrement pas !

Le maintien, c’est le credo de nombreux professionnels de santé ou de la petite enfance, de chausseurs, de grands-parents… les petits auraient besoin d’avoir les chevilles bien maintenues (via des chaussures à contrefort rigide) pour trouver la stabilité et l’équilibre nécessaires à l’acquisition de la marche, voire pour ne pas se tordre les chevilles 🤨. Pires, des chaussures avec un petit talon pour adopter la bonne posture ou avec un renfort de voûte plantaire pour éviter les pieds plats 😓. Non, définitivement non !

De telles chaussures ne font que gêner l’enfant dans ses acquisitions et entravent le bon développement de ses pieds. C’est pieds nus que l’enfant apprend le mieux à marcher, acquiert un bon équilibre et développe des pieds forts et sains !

*Photo de Donnie Ray Jones flickr.com

D’avoir les pieds libres ? oui !

Sans contraintes, les pieds développent une grande mobilité et peuvent bien se muscler (orteils, chevilles, arches plantaires…), ainsi que les jambes. A plat et pieds nus, les enfants peuvent utiliser au maximum les capteurs sensoriels situés sous la plante de leurs pieds, essentiels à l’acquisition de l’équilibre et à la mise en place du schéma corporel.

Retardez le plus possible l’achat de la première paire de chaussures. Pour les premiers déplacements à l’extérieur, si et seulement si le sol est trop chaud, trop froid, trop humide ou présente un quelconque danger (les cailloux n’en sont pas 😜), des chaussures deviendront indispensables. Des chaussures qui laissent les pieds libres bien sûr 😉

*Chevilles qui s’affaissent, pieds plats, qui rentrent vers l’intérieur, en canard, jambes arquées… des sujets d’inquiétudes qui amènent de nombreux parents à consulter… et malheureusement trop de praticiens conseillent encore le port de bottillons rigides pour remettre tout ça en place 😦 parfois même avant que l’enfant ne marche ! Avant de courir chez un chausseur spécialisé en chaussures de ski, prenez un deuxième avis chez un spécialiste formé à l’intérêt du pied nu et du chaussage en souple.

Des conseils de pro bien avisés :
– L’article de Caroline Zumbihl, ostéopathe : Comment chausser les bébés
– L’avis de Saad Abu Amara, chirurgien orthopédique pédiatrique : Pour l’enfant, être pieds nus est la meilleure option
– Un autre avis d’ostéopathe, Vincent Grosdemouge : Quelle est l’utilité des chaussures pour bébé et le jeune enfant ?
– Les conseils de Josiane Caron Santha, ergothérapeute : Mettre les enfants pieds nus… est-ce bon ?
– Un article de Kacie Fegal, chiropracticienne : Barefoot babies

D’avoir les pieds couverts ? c’est parfois nécessaire

Vous l’aurez compris, plus l’enfant va pieds nus, au mieux sa marche et ses pieds se développent. Même si votre enfant ne marche pas encore, il peut être amené à se déplacer à 4 pattes ou debout avec appui sur la terrasse, dans le jardin, au parc etc. Mais le laisser pieds nus n’est pas toujours possible suivant la météo ☀🌧❄.

  • En intérieur :
    – pieds nus, même si le sol est froid ! non non je ne suis pas une mère indigne 🤣, on ne couvre pas les mains d’un enfant qui se déplace à 4 pattes, pourquoi couvrir les pieds 😉
    – si vraiment vous ne pouvez pas vous résoudre à laisser votre enfant pieds nus, vous pouvez lui mettre des chaussons, mais sans semelle en caoutchouc (chaussons en cuir ou en tissu) ou des chaussettes anti-dérapantes sans semelle également.
  • A l’extérieur :
    – sur sol sec et sécurisé : toujours pieds nus si le sol n’est pas trop froid ou trop chaud, ou en chaussons sans semelle comme pour la maison, même sur les cailloux !
    – sur sol humide et sécurisé : il existe des bottines ou couvre-chaussures imperméables qui protègent de l’humidité sans contraindre la mobilité. Par exemple les modèles des marques Sterntaler, Playshoes, ou Stonz.
    – sur les sols non-sécurisés, comme dans la rue : une semelle devient nécessaire, mais elle doit être très fine et souple : en voici quelques exemples.

Un merci tout particulier à Bénédicte Guibert, psychomotricienne à Nantes, pour nos précieux échanges et sa relecture. Page facebook : Bipèdes et Crô-Mignons

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.